PCDN

Version imprimable

Plan communal de développement de la Nature à -Doiceau

Voir la page d'accueil PCDN sur le site de la Région wallonne.

S’inscrivant dans la ligne directrice du plan d’Environnement pour un Développement durable en région wallonne (mars 1995) qui faisait suite à la conférence de Rio, la commune de -Doiceau s’est alors lancée dans l’élaboration d’un plan communal de la nature afin de préserver, d’améliorer le patrimoine naturel et paysager du territoire communal dans ses composantes physiques et biologiques tout en respectant et en favorisant le développement social et économique de habitants. Il veut donc promouvoir un équilibre entre nos modes de vie et le maintien de notre patrimoine commun : la nature.

Un est un programme d’actions, échelonné dans le temps, visant à permettre à la nature de garder ou de retrouver une place dans notre vie de tous les jours et ce, au niveau du territoire de la commune.  Le se veut donc avant tout un espace de dialogue où peuvent se réunir tous les acteurs concernés par la conservation de la nature. C’est pourquoi la structure de base est un partenariat le plus large possible au sein duquel les participants évoluent dans un esprit d’ouverture, de collaboration et de consensus. A -Doiceau, le partenariat est varié. Ce partenariat n’est pas figé et tout groupement ou personne manifestant un intérêt pour les buts poursuivis par le peut venir s’y adjoindre. Un bureau travaille aux réunions de préparation.

Parmi les acteurs, l’Administration communale constitue un élément important. Elle est le seul garant financier vis-à-vis de la région wallonne pour veiller à la bonne utilisation des fonds alloués. Elle possède les compétences techniques et l’infrastructure pour assurer la coordination et la réalisation de projets devant être menés au niveau de tout le territoire de la commune. Elle s’assure en outre que l’application du se fasse de manière équitable sans léser l’une ou l’autre partie et peut jouer ainsi un rôle de médiateur entre les différents partenaires.

L’inventaire du patrimoine naturel fut réalisé conjointement par le bureau d’études Ciracète et le partenariat grézien qui a publié, en décembre 1996, un document remarquable qui constitue une base de première qualité pour la connaissance du patrimoine naturel.

La conservation des espèces implique la présence d’un véritable réseau écologique défini comme l’ensemble des biotopes susceptibles de leur fournir un milieu de vie temporaire ou permanent dans le respect de leurs exigences vitales et permettant d’assurer leur survie à long terme.
Trois catégories de zones sont distinguées :

    * zones centrales : milieux semi-naturels où la priorité est donnée à la conservation de la nature (marais, prairies de fauches humides, landes, saulées, …) Les menaces et les atteintes concernant les sont en corrélation avec l’abaissement de la nappe phréatique, l’abandon des pratiques agro-pastorales traditionnelles, les aménagements inadéquats des cours d’eau et la pollution des eaux.
    * zones de développement : milieux qui possèdent un intérêt évident pour la conservation de la nature et dont le potentiel écologique doit être amélioré par une gestion adéquate compatible avec l’utilisation économique. Les menaces et atteintes découlent d’urbanisation des 35 dernières années, de techniques sylvicoles qui défavorisent certaines espèces végétales et animales et d’une certaine pression touristique (sports moteurs).
    * zones de liaison et maillage écologique : moins intéressantes, mais indispensables cependant pour les zones précitées soient en connexion entre elles. Les menaces et atteintes sont l’extension de l’habitat aux dépens de l’espace vert et même des bois, des vergers et surtout l’extension de l’habitat le long des axes routiers créant des points de rupture du maillage. Ce sont aussi les dépôts clandestins, la pollution, l’intensification du trafic routier.

A -Doiceau, l’identification de ces trois types de zones en tant que lignes de force du réseau écologique, conjuguée à celle d’espaces plus pauvres à renforcer et à développer fait apparaître la structure générale du réseau écologique.

Celle-ci est composée de six unités distinctes. Elles sont soit isolées, soit connectées selon l’endroit.

    * Unité n°1 : le fond de vallée de la Dyle et de ses versants boisés ouest. Unité très riche en milieux humides.
    * Unité n°2 : les versants boisés à forte pente à l’est de la Dyle entre et Beaumont avec des chênaies acidophiles sur sols sableux alternant avec des chênaies/charmaies et quelques résineux. Urbanisation diffuse à . Au nord, une cuvette formée par l’étang de la Houlotte et des terrains marécageux. Quelques landes à bruyères y sont également présentes.
    * Unité n°3 : axe secondaire de grande valeur constitué de la vallée de la et de son versant boisé Nord avec l’orée de la forêt de Meerdael. Domaine de Savenel, ancienne sablière de , marais et bois marécageux du Wé et marais d’Herculesalon.
    * Unité n°4 : , , Beausart, Sart, Biez et Hèze, dans une succession de vallées et de crêtes, forment un paysage varié, haut en relief ponctué de pièces d’eau, petits marais, chemins creux, haies, vergers,… avec une série de discontinuités corrigées par le couloir vert des rives du Train et de ses affluents.
    * Unité n°5 : couvre la crête du Bois du Bercuit, zone de développement. Quelques vestiges de landes à bruyère y subsistent.
    * Unité n°6 : Bois des Vallées, en zone de développement, totalement isolé du reste du réseau communal.

En résumé, la commune de -Doiceau est riche en biotopes de grande valeur, en espaces verts très diversifiés et en vallonnés à caractère rural.

A l'origine, des groupes avaient été constitués afin de travailler sur des thématiques distinctes :

    * information/ sensibilisation,
    * et milieu rural,
    * ,
    * ,
    * zones boisées,
    * pollutions/points noirs.

Ceux-ci ont réalisé, à partir de l’inventaire du patrimoine naturel, des fiches-projets (45 fiches) mais celles-ci ne sont pas immuables. Elles peuvent être adaptées, remplacées. De nouvelles fiches peuvent être élaborées en fonction des besoins, des idées du partenariat.

Actuellement, la réalisation concrète des projets s’appuie sur 4 groupes de travail actifs :

    * ,
    * ,
    * ,
    * information et sensibilisation.


C.Bouxain
Eco-conseillère.


Pour en savoir plus sur des sujets connexes , , , , , , , , , , , ,

Articles sur le thème: "PCDN" :

Trier par : Date, Titre



 
Modèle several3 par Net-Tec Internet Solutions Adapté pour ViaBloga par Alexandre Fontenaille.